Archives de Tag: anecdote

18 – Moissac – Auvillar

Samedi 21 Avril 2012

18ème Etape  Moissac – Auvillar 21kms

Ce matin, le pèlerin canadien a le réveil difficile. En effet, un téléphone “cellulaire” a anticipé son réveil. Il est franc comme du bon pain (que les hospitaliers on du reste oublié de nous donner) et raconte son anecdote téléphonique avec son délicieux accent québécois.
Le petit déjeuner est simple (même avec l’arrivée tardive du pain sur la table) et l’accueil est toujours aussi sommaire. Est-ce que Hospitalier est de la même famille que Hospitalité ?
Pour finir cet encas matinal, le troubadour alsacien d’hier soir, nous (me) “saoule”  avec son sermon sur la sécheresse et le niveau des nappes phréatiques !! On connaît meilleure compagnie, mais il faut composer avec !!

C’est le départ et nous quittons le gîte en même temps que le canadien. Décidemment nous sommes synchro !
Objectif de la journée : que notre binôme puisse rallier Auvillar.
Le temps est gris, l’air frais, c’est déjà la pluie, et nos vêtements sont encore humides. Difficile hier soir, au Carmel, de sécher. Ils ont coupé le chauffage dans la nuit. (c’est la crise !).

Variante incontournable, car aujourd’hui le chemin est impraticable, nous rejoignons le canal en passant devant la gare de Moissac.
Mais marcher sur du bitume, ça chauffe les pieds. Quelques petites ampoules et brulures apparaissent. Un point douloureux justifie une plus grande attention.

Une halte s’impose. Vers 11h nous faisons un petit détour vers Malauze pour prendre un café et une viennoiserie. Café authentique. Ici on fume !! On demande la clef du paradis pour aller aux toilettes.
Nous repartons gonflés d’énergie vers le canal, accompagnés par les aboiements de 3 chiens prêts à en découdre.

On vient d’avaler à toute berzingue; plusieurs kilomètres, le long du canal sur un chemin aux allures d’une piste cyclable.
Têtes baissées, nous suivons un groupe, mené par un postier, à l’allure régulière, donnant à leur marche un air de procession.
Erreur !! Car ils se sont trompés et nous faisons 3 kms de trop !!
On voudrait admonester le leader de ce groupe qui n’a pas tourné au bon moment, mais le problème est que nous aussi on a “loupé” le marquage rouge et blanc nous indiquant qu’il fallait tourner. On s’en veut !!
Mauvaise journée, erreur de parcours, douleurs et pluie.

Vaille que vaille, nous quittons le canal pour prendre la route vers Auvillar toujours sous la pluie et toujours sur le bitume ( c’est la saint MacAdam aujourd’hui ?).
Le ciel est bas et la pluie tombe drue. Un homme, au regard indifférent, nous regarde à travers la vitre de sa fenêtre.

On arrive à Auvillar par une montée sévère mais sous le soleil. Enfin !!
L’heure d’arrivée importe peu, car nous n’avons plus les mêmes repères que le reste de l’année.

Notre gîte est plein, il y a un groupe de suisse. Notre “ex-hôte” nous propose de dormir, dans une chambre d’hôtes, chez des personnes âgées.
« Vous verrez, ils sont très sympa ».
Si tôt la porte franchie, on se sent à l’aise comme rarement. Un peu comme s’il s’agissait de rendre visite à nos grands-parents.
L’endroit est très agréable, accueillant, chaleureux.
La marche s’interrompt, mais pas les efforts, car il reste l’escalier à monter pour regagner notre chambre.

Propres et secs nous faisons un petit tour de ce beau village où les gens vivent sans chichis.
Nous nous arrêtons boire un verre dans un café. La patronne est de Bernay (encore une normande). C’est un bistrot authentique, avec des pensionnaires, et où il ne faut pas avoir des pompes vernies pour rentrer.

Le soir nous mangeons au “Baladin” le menu pèlerin.
L’endroit est atypique avec une belle salle de restauration. Le décor est spectaculaire car des meubles et des objets sont accrochés au plafond.
Il y a dans l’assistance, principalement des marcheurs, dont le couple allemand rencontré à Montcuq et le fameux groupe de suisse.

Ce soir, au gîte, il y a une TV. Après quelques écritures sur le carnet de bord, On regarde un téléfilm sur le drame de Tarragone. C’est le moment de débrancher le cerveau et mettre le corps en mode pause.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_de_Los_Alfaques

Ce soir :

Gîte et chambres d’hôtes de M et Mme Dassonville

82340 Auvillar

http://www.auvillar.com/dassonville.php#hote

LE BALADIN

82340 Auvillar

http://www.lebaladin82.com/

Ils ont également, à un moment ou un autre, fait cette étape :

http://jaminwithnancy.com/2012/05/22/moissac-to-auvillar/