Archives de Tag: club med

17 – Lauzerte – Moissac

Vendredi 20 Avril 2012

17ème Etape  Lauzerte – Moissac 25kms

Ce matin, petit déjeuner avec confiture maison.
Vers 8h00, nous partons d’un bon pas dans la direction de Moissac, pour notre grande promenade quotidienne au grand air.
Nous faisons le grand tour du village de Lauzerte car ici le GR 65 prend des allures de guide touristique.
A la sortie du village, nous nous arrêtons devant une stèle dédiée à la Nation Innu, inaugurée par le chef indien Clifford Moar.
“La terre n’appartient pas à l’homme, C’est l’homme qui appartient à la terre”.
http://oklahoccitania.canalblog.com/archives/2010/11/09/19433674.html

Après quelques kilomètres, nous passons devant le domaine du Chartron et son magnifique pigeonnier. Cet endroit offre une superbe vue sur le village de Lauzerte.
http://lechartron.pagesperso-orange.fr/index.html

La boue est au rendez-vous et ce n’est pas une mince affaire d’essayer de marcher normalement.
Le ciel est gris mais le paysage a néanmoins une sacrée allure avec ses vignes et arbres fruitiers que nous traversons aujourd’hui.

A midi nous rencontrons notre canadien pique-niquant tranquillement à Durfort-Lacapelette.
Nous nous arrêtons aussi dans ce village prendre un café et un Kit Kat. Le bistrotier nous accueille à “bras fermés” dans son établissement à l’enseigne devant théoriquement être accueillante pour les pèlerins :  “Relais Saint Jacques”.

A la sortie du café, la pluie commence mais la température reste clémente. Va pour la pluie, et tant pis pour le soleil.
Nous voyons une biche morte sur le chemin au bord d’une route.
Des chiens aboient, c’est énervant.

Nous marchons dans des sous-bois et c’est la chute. Je tombe, étalé dans la boue, rien de grave. Après le rhume, la chute ! Ce n’est pas des vacances au Club Med, loin s’en faut !
Puis après des chemins avec la boue, nous avons le droit aujourd’hui à de longues portions de bitume.
Chacun marche à son rythme, mais malgré tout, notre pèlerin canadien sera présent longtemps avec nous aujourd’hui.
La pluie lessive le bitume.

C’est l’arrivée à Moissac et après une bonne ½ heure à marcher à travers la ville, nous arrivons à l’ancien carmel,  propriété de la mairie de Moissac, et géré par le  Club Alpin Français de Toulouse !
Deux hommes assurent l’accueil. Ce sont des bénévoles hospitaliers, on n’a pas idée de la “somme de travail qu’exige la fonction d’hospitalier”, mais on est loin d’avoir un accueil chaleureux et une ambiance conviviale  !
http://www.chemindecompostelle.com/Hospitaliers/Hospitaliers.html

Pourtant l’endroit est spectaculaire et ne manque pas de charme. La bâtisse du 19ème siècle a  abrité 18 nonnes jusqu’en 1950. Nous dormons dans une ancienne cellule.

Nous troquons notre uniforme de randonneur pour une tenue plus cool et accrochons (sur la barre à rideaux) nos vêtements pour qu’ils puissent sécher au-dessus du radiateur électrique.
Nous nous dirigeons au centre de Moissac et passons devant le cloitre qui a la particularité d’être coupé en deux, car, au 19ème siècle, les ingénieurs du chemin de fer ont détruit le réfectoire et la cuisine pour permettre le passage du train. Acte heureusement impensable à notre époque !

On vient trouver un brin de réconfort dans un salon de thé sur la place devant le cloitre, où nous prenons un thé ( of course) et une part de tarte. Damned !! La note est salée. « Profitez messieurs et mesdames de vos arnaques à randonneurs et touristes, tant que le bouche à oreille n’a pas encore fait son effet, et ne venez pas vous plaindre de la crise quand les voyageurs déserterons vos établissements ».

Puis c’est le repas à 19h. L’ambiance est sympa avec une dizaine de personnes autour de la table.
Avant de commencer à manger, un pèlerin (alsacien) grand et barbu se dresse au bout de la table et nous annonce qu’il souhaite chanter !
Les hospitaliers distribuent les paroles de la chanson “Ultreïa”.

Ultreïa

Tous les matins nous prenons le chemin,

Tous les matins nous allons plus loin.

Jour après jour, St Jacques nous appelle,

C’est la voix de Compostelle.

Ultreïa ! Ultreïa ! E sus eia Deus adjuva nos !

Chemin de terre et chemin de Foi,

Voie millénaire de l’Europe,

La voie lactée de Charlemagne,

C’est le chemin de tous les jacquets.

Ultreïa ! Ultreïa ! E sus eia Deus adjuva nos !

Et tout là-bas au bout du continent,

Messire Jacques nous attend,

Depuis toujours son sourire fixe,

Le soleil qui meurt au Finistère.

Ultreïa ! Ultreïa ! E sus eia Deus adjuva nos !

Quand l’amitié estompe le doute

Dans un élan de fraternité

On peut alors reprendre la route

Et s’élever en toute liberté.

Ultreïa ! Ultreïa ! E sus eia Deus adjuva nos !

On se plie au jeu de bon cœur. C’est drôle à voir mais surtout à entendre !

Le repas est simple mais bon.
Et Un bon repas permet toujours aux corps de gommer les courbatures et  aux esprits de passer en mode ludique.

Depuis notre départ de Figeac, nous avons régulièrement croisé sur notre chemin, Brigitte, partie du Puy pour aller à Santiago. Ce soir, elle nous annonce son abandon à cause de nombreuses ampoules. Elle n’arrive plus à supporter la douleur. Cette personne laissera longtemps une trace dans nos cœurs et notre mémoire. L’émotion nous monte aux yeux quand elle évoque le décès d’un proche qui a motivé son désir de se rendre à Compostelle. Nous lui souhaitons de revenir un jour à Moissac pour continuer son chemin vers l’espoir.

Ce soir :

L’Ancien Carmel de Moissac

82200 Moissac

http://www.gitecarmel-moissac.fr/wordpress/

Ils ont également, à un moment ou un autre, fait cette étape :

http://compostelle1.uniterre.com/entry_tags.php?id=2029&w=compostelle1&tags=moissac

Publicités