Archives de Tag: livinhac le haut

11 – Livinhac le Haut – Figeac – Fin de la première partie de notre voyage vers Santiago.

Jeudi 5 Mai 2011

11ème Etape  Livinhac le Haut – Figeac 24,5kms

Loin de redresser la barre de notre avis sur le gîte, le petit déjeuner est simple (et sans surprises) Plusieurs personnes sont autour de la table (n’ayant pas participé au repas d’hier soir) dont l’une habitant Nîmes, mais originaire de Caen. Elle nous dit que « c’est l’idéal pour ne plus avoir de rhumatismes » !!

On marche à travers la campagne, relativement déserte.

Nous discutons avec une dame jardinant chez elle, interrompant l’arrosage des salades, elle se dit admirative et reconnaissante pour ces randonneurs défilants devant son lopin de terre, et parle de météo, son sujet de discussion par excellente.

Nous passons à Guirange. Il y a un chien qui aboie méchamment (c’est rare !!).

Nous voyons des « arbres de Mai », des troncs d’arbres dressés, décorés de rubans avec une pancarte « honneur à notre élu ». http://fr.wikipedia.org/wiki/Arbre_de_mai

Aujourd’hui, beaucoup de puits au bord du chemin, dont certains semblent à l’abandon.

Nous nous arrêtons au bord d’un champ, où nous sommes pris en photo par un couple de Lyonnais.

Nous arrêtons le midi pour manger à la grange de bord où nous mangeons une excellente salade verte du jardin (cueillie et lavée sous nos yeux) accompagnée de lentilles vertes du Puy.

Il y a une canadienne et une jeune femme ayant voyagé en Argentine et au Chili.

Nous retrouvons également nos jeunes américain et hollandais, marchant à « tombeau ouvert » en direction de Figeac.

Nous traversons des champs, pour le plus grand bonheur de nos pieds, préférant la terre au bitume.

Figeac n’est plus loin, il fait chaud, rien d’exceptionnel car nous aimons la chaleur.

Pour finir « le travail », nous attaquons une longue descente à travers un lotissement.

Finalement, nous arrivons à Figeac, terme de notre première expérience sur le Chemin de Compostelle.

Après avoir déposé nos sacs dans une chambre de « l’hôtel des bains », un établissement au bord du Lot, nous nous dirigeons au centre de Figeac pour manger une glace.

Alors que le soleil brille sur la ville, nous retrouvons, au hasard des rues, des personnes rencontrées sur le chemin.

Nous allons boire un verre pour fêter la fin de la première partie du chemin, satisfaits d’avoir défié « l’impossible » (nous ne sommes pas de grands sportifs) tout en respectant nos limites.

Le soir nous mangeons dans un resto/pizzéria, où de nombreux marcheurs sont attablés et racontent leur journée. Puis repus, nous regagnons notre hôtel.

Rencontres, histoires, visages et paysages resteront dans nos mémoires.

Fin de la première partie de notre voyage vers Santiago.

Ce soir :

Hôtel des Bains

1 rue du Griffoul

46100 FIGEAC

Email : figeac@hoteldesbains.fr

Web : http://www.hoteldesbains.fr/


10 – Conques – Livinhac le Haut

Mercredi 4 Mai 2011

10ème Etape Conques – Livinhac le Haut 24kms

Petit déjeuner amical avec nos 2 compagnons belges et de bonnes confitures.

Nos hôtes apparaissent une nouvelle fois discrets (trop), voire absents.

Aujourd’hui pas de tampon sur la crédencial, l’établissement n’en possède pas ! A la place notre hôte nous propose un dessin. Oui, bof, rien d’extraordinaire ! (petite déception, nous aurions dû la faire tamponner à l’office de tourisme de Conques).

Nous partons du bas de Conques à 8h30 pour Livinhac.

Juste après le pont romain, enjambant le Dourdou, nous montons à travers la forêt sur des pierres glissantes.

Après cette nuit pluvieuse, le climat est frais et humide, mais sans averses.

D’emblée, la montée s’avère dure et éprouvante. Nous passons devant une chapelle, où il y a une superbe vue sur Conques.

Au sommet, le brouillard ou plutôt la brume, tient la vedette.

Nous serons, un bon bout de la journée, avec un jeune hollandais, un américain, 2 femmes, et un couple de lyonnais, tous s’adonnant à la marche, sur ces chemins légendaires, jusqu’à leur prochaine étape.

Nous traversons aujourd’hui des hameaux. Pas de villages, pas de bars et pas d’épiceries.

Des fermes fantomatiques et sans âme, parsèment le paysage.

En pleine forêt nous passons sur une borne matérialisant la ligne imaginaire de la méridienne verte.

Nous cheminons quelques instants avec 2 randonneurs espagnols, c’est assez rare pour le signaler.

Nous mangeons le midi à l’entrée d’un champ.

On retrouve par-ci, par-là les inscriptions du poète marcheur.

Au milieu de l’après-midi, nous arrivons à Decazeville, passage sans grand intérêt, où nous laissons un couple s’arrêtant aux « volets bleus », puis nous commençons une longue montée.

Il fait chaud. Mais avec un bon tempo et une bonne synchronisation de nos efforts, nous revenons petit à petit sur les couples de Franche comté et de l’Isère.

Il faut marcher, marcher encore et après une difficile descente, nous arrivons à Livinhac le Haut.

Nous cherchons et trouvons notre gîte, la Coquille Bleue, tenu par un couple.

Lui est photographe, et expose ses œuvres à l’arrière du gîte.

Nous allons boire une bière sur la petite place du village et jouir enfin d’un repos mérité.

La soirée se passe, sans inventivité culinaire, autour d’une cuisse de dinde et d’un yaourt.

La convivialité de nos hôtes est du niveau du repas.

Sont présent autour de la table, nos hôtes et leur fille, 2 femmes de franche comté, une suisse, un jeune américain et un jeune hollandais.

Ce soir :

La Coquille Bleue

25 rue Camille Couderc

12300 Livinhac le Haut

Email : claire.atteleyn@orange.fr

Web : http://www.lacoquillebleue.com