Archives de Tag: philippe roussel

16 – Montcuq – Lauzerte

Jeudi 19 Avril 2012

16ème Etape  Montcuq – Lauzerte 19kms

Petit déjeuner avec pain et confitures industrielles (mais bonnes !).Autour d’un bon café, nous discutons avec les allemands.

Départ tardif à 9h20 de Montcuq pour Lauzerte.

Avant d’entamer notre périple, nous visitons Montcuq, village rendu célèbre par l’émission du petit rapporteur et le sketch de Daniel Prévost “l’arrêt de Montcuq”.
http://www.dailymotion.com/video/x26dy3_le-petit-rapporteur-montcuq_fun

Quelques achats au Petit Casino.  La caissière nous fait remarquer qu’il faut faire attention, avec nos sacs à dos, aux bouteilles exposées en tête de gondole. Dubitatifs, nous quittons la supérette sur la pointe des pieds.
Puis détour par la pharmacie, car ce matin je suis très enrhumé.

Pour sortir de Montcuq nous avons le droit à une montée (c’est terrible les habitudes) “qui brule les cuisses”.

Histoire de varier les plaisirs nous enjambons un tronc d’arbre se trouvant sur notre passage.

Aujourd’hui, un paysage différent des autres jours, avec des petits villages, portant les signes distinctifs de la ruralité.

Il est midi,  la pluie redouble d’intensité, nous n’arrêtons pas pour manger.

Malgré des chemins humides et glissants, nous sillonnons la campagne à un bon rythme.

Je n’arrête pas de me moucher.
“Mon nez coule quelle histoire, Mon nez coule vite un mouchoir, Je sais me moucher, C’est pas compliqué, Faut pincer son nez et souffler, Très fort, plus fort, encore, atchoum” (Philippe Roussel).

Au milieu d’un no man’s land, nous traversons une ferme dans un piteux état. La cours est encombrée de débris d’engins agricoles et de détritus ou tout genre.

Nous passons devant un crucifix taillé dans une haie.
Bien que le bambou ne soit pas un arbuste local, il prolifère le long des chemins.

Il pleut de nouveau, nous sommes trempé, mais peut-on empêcher la pluie de tomber ?

Nous jetons un lointain regard sur Lauzerte qui semble être un magnifique  village.
Il faut grimper un petit chemin pour terminer l’étape.

Nous arrivons à notre gite à 14h15. Conforme à sa réputation (on avait entendu vanter la qualité de cet établissement), le gîte est neuf et très propre. L’équipement est nickel.
On a le droit à un briefing rapide sur le fonctionnement du gîte (heure du repas, lavage et séchage du linge…..), puis à une petite boisson de bienvenue.

Décrotté de frais, nous mangeons notre pique-nique du midi sur une table en bois à l’extérieur du gite. On ne s’éternise pas trop longtemps car la pluie revient.

Je suis fatigué, j’ai mal à la tête, mon nez coule. Nous allons à la pharmacie du village chercher de l’aspirine (le remède miracle !!).

Au gite nous revoyons, les allemands, les gens de Dordogne, des gens vus à Varaire les deux femmes se rendant à Santiago (Brigitte et Lucie)  ainsi que le Laurentien. Il y a également un groupe de jeunes croyants, des hollandais, un groupe de personnes âgées. C’est toujours intéressant que des gens différents se croisent, se rencontrent, partagent.

Pour finir sur une bonne note, nous mangeons ce soir un excellent plat de saucisses aux figues confites (maison).
http://agapes.canalblog.com/archives/2010/09/15/19043515.html

La “bonne bouffe” est aussi un plaisir des pèlerins/randonneurs.

Ce soir :

Gîte des Figuiers

82110 LAUZERTE

http://www.lesfiguiers-lauzerte.com/

Ils ont également, à un moment ou un autre, fait cette étape :

http://www.ibimus.com/fr/voyageur/boubou/itineraire/sur-les-chemins-de-compostelle-13/montcuq-lauzerte-14-km_1057.html

Publicités