Archives de Tag: pont romain

10 – Conques – Livinhac le Haut

Mercredi 4 Mai 2011

10ème Etape Conques – Livinhac le Haut 24kms

Petit déjeuner amical avec nos 2 compagnons belges et de bonnes confitures.

Nos hôtes apparaissent une nouvelle fois discrets (trop), voire absents.

Aujourd’hui pas de tampon sur la crédencial, l’établissement n’en possède pas ! A la place notre hôte nous propose un dessin. Oui, bof, rien d’extraordinaire ! (petite déception, nous aurions dû la faire tamponner à l’office de tourisme de Conques).

Nous partons du bas de Conques à 8h30 pour Livinhac.

Juste après le pont romain, enjambant le Dourdou, nous montons à travers la forêt sur des pierres glissantes.

Après cette nuit pluvieuse, le climat est frais et humide, mais sans averses.

D’emblée, la montée s’avère dure et éprouvante. Nous passons devant une chapelle, où il y a une superbe vue sur Conques.

Au sommet, le brouillard ou plutôt la brume, tient la vedette.

Nous serons, un bon bout de la journée, avec un jeune hollandais, un américain, 2 femmes, et un couple de lyonnais, tous s’adonnant à la marche, sur ces chemins légendaires, jusqu’à leur prochaine étape.

Nous traversons aujourd’hui des hameaux. Pas de villages, pas de bars et pas d’épiceries.

Des fermes fantomatiques et sans âme, parsèment le paysage.

En pleine forêt nous passons sur une borne matérialisant la ligne imaginaire de la méridienne verte.

Nous cheminons quelques instants avec 2 randonneurs espagnols, c’est assez rare pour le signaler.

Nous mangeons le midi à l’entrée d’un champ.

On retrouve par-ci, par-là les inscriptions du poète marcheur.

Au milieu de l’après-midi, nous arrivons à Decazeville, passage sans grand intérêt, où nous laissons un couple s’arrêtant aux « volets bleus », puis nous commençons une longue montée.

Il fait chaud. Mais avec un bon tempo et une bonne synchronisation de nos efforts, nous revenons petit à petit sur les couples de Franche comté et de l’Isère.

Il faut marcher, marcher encore et après une difficile descente, nous arrivons à Livinhac le Haut.

Nous cherchons et trouvons notre gîte, la Coquille Bleue, tenu par un couple.

Lui est photographe, et expose ses œuvres à l’arrière du gîte.

Nous allons boire une bière sur la petite place du village et jouir enfin d’un repos mérité.

La soirée se passe, sans inventivité culinaire, autour d’une cuisse de dinde et d’un yaourt.

La convivialité de nos hôtes est du niveau du repas.

Sont présent autour de la table, nos hôtes et leur fille, 2 femmes de franche comté, une suisse, un jeune américain et un jeune hollandais.

Ce soir :

La Coquille Bleue

25 rue Camille Couderc

12300 Livinhac le Haut

Email : claire.atteleyn@orange.fr

Web : http://www.lacoquillebleue.com

Publicités